Anne-Marie ALICOT

Née dans la grisaille parisienne, enfant, je m’évadais en dessinant ;  très tôt le monde de la mode m’a attirée: j’avais trouvé  mon futur métier, je serais styliste.
Après des études dans ce sens, la vie en a décidé autrement et pendant plusieurs années la mienne s’est déroulée à l’étranger : Égypte, Arabie Saoudite, Ile Maurice. De retour à Paris, le besoin s’est fait sentir d’un havre de paix loin de la capitale. Le charme de la Presqu’ile de Quiberon a opéré. Quelques années encore à faire l’aller-retour Paris-Quiberon et en 2003 lassée définitivement de la vie parisienne j’ai posé mes valises à Portivy et repris des crayons abandonnés si longtemps faute de temps.
Dessinatrice plutôt que peintre, mon outil de prédilection est la pierre noire parce qu’elle allie la profondeur du fusain à la douceur de l’argile et satisfait mon goût du « noir & blanc » ; s’ il m’arrive aussi d’utiliser le pastel ma palette reste relativement neutre..
Quant aux sujets, même si, enfant mon environnement n’était pas vraiment exotique et qu’à l’exception du gros matou de la famille il n’y avait pas de bêtes sauvages dans les parages, les animaux m’ont  toujours fascinée parce que leurs regards disent tellement et ne me laissent jamais indifférente.
Si quelques fois un visage me bouleverse de la même façon, c’est toujours à cause du regard.

Vous pouvez la retrouver sur son site http://www.annemarie-alicot.odexpo.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *